Actus et Communiqués de Presse

23/04/2015

Partager :
Partager sur LinkedIn

Avril 2015 - Le baromètre Viavoice - BPCE des projets des Français

Pouvoir d’achat : forte défiance envers l’exécutif, préoccupations pour l’avenir

La dynamique d’amélioration subirait-elle un coup d’arrêt ?

Après trois mois consécutifs de modération des inquiétudes en matière de pouvoir d’achat, enregistrée dans le cadre de ce "Baromètre des projets" Viavoice-BPCE réalisé pourLe Mondeet France Info, les Français expriment aujourd’hui un degré de préoccupations comparable à celui du mois dernier. Qui plus est, ils affichent une forte défiance envers l’exécutif quant à sa capacité à agir en faveur du pouvoir d’achat.

Pouvoir d’achat : la fin d’une embellie

Le premier trimestre 2015 était porté par un vent d’espoir, les préoccupations en matière de pouvoir d’achat baissant mois après mois (de 57 % en décembre à 45 % en mars), notamment à la faveur d’une stabilisation, voire d’une baisse des prix (fiscalité, carburants, alimentation, nouvelles technologies).

Aujourd’hui, cette embellie connaît un coup d’arrêt : 47 % des personnes interrogées estiment que leur "pouvoir d’achat" va "diminuer" au cours des "trois prochains mois", soit un score stabilisé (+ 2 points) par rapport au résultat enregistré le mois dernier ; les plus inquiets sont nettement les retraités (62 %).

Cette stabilisation nouvelle s’explique par la coexistence de deux phénomènes divergents :

  • La poursuite d’un repli des inquiétudes sur deux postes clés : l’alimentation (32 %, -2 points) et les carburants (21 %, -4) ;
  • Des inquiétudes qui ne diminuent pas sur d’autres postes : la fiscalité (50 %, + 1) et la santé (26 %, + 2).

La persistance des préoccupations en matière de financement des soins est particulièrement intéressante dans le contexte du vote au Parlement du projet de loi Touraine (vote à l’Assemblée le 14 avril), alors que ce texte prévoit pour l’essentiel une aide à l’accès aux soins : la généralisation du tiers payant dispensera les patients pris en charge à 100 % d’avancer les sommes nécessaires. Mais l’évocation médiatique de ce sujet, et les débats qui l’ont entouré, rappellent indirectement les dépenses à réaliser par les patients au quotidien.

Pouvoir d’achat : forte défiance envers l’exécutif

Alors que le pouvoir d’achat en France a augmenté sensiblement l’année dernière (+1,1 %, donnée Insee), les Français se révèlent aujourd’hui particulièrement défiants concernant l’exécutif sur cet enjeu : les deux tiers d’entre eux (67 %) ne font « pas confiance » à Manuel Valls en tant que Premier ministre pour améliorer le pouvoir d'achat au cours des mois et des années qui viennent.

Cette défiance est d’autant mieux établie qu’elle est partagée par des milieux sociaux très variés (cadres 66 %, ouvriers 66 %, retraités 67 %) et toutes les générations (60 % des 18-24 ans, 73 % des 35-49 ans, 65 % des 65 ans et plus).

Elle est en partie paradoxale, car elle contraste avec la réalité de l’amélioration même timide du pouvoir d’achat en 2014, et avec les mesures fortes adoptées par l’exécutif, en particulier la suppression de la première tranche d’impôt sur le revenu.

Cette défiance s’explique surtout par la conjoncture générale, la persistance d’un niveau de chômage élevé sans décrue, qui alimentent des perceptions souvent négatives, enregistrées précisément par notre baromètre. Mais y compris après trois mois d’amélioration des perceptions, la défiance envers l’exécutif demeure la norme.

Dans ce contexte, un scepticisme prévaut pour 2015 : seuls 8 % des Français estiment que "la progression du pouvoir d’achat" enregistrée l’année dernière "va se poursuivre et s’amplifier" ; une majorité relative de Français (45 %) estime qu’elle "va ralentir", et 35 % se stabiliser.

Ces inquiétudes pour le pouvoir d’achat sont essentielles, non seulement pour la vie quotidienne des ménages français, mais plus largement parce qu’elles nourrissent les critiques sur notre système de prélèvements – jugé insuffisamment redistributif et souvent injuste – et sur les dirigeants politiques – jugés trop impuissants à améliorer nos vies quotidiennes -.

Le baromètre en chiffre